The Communards – There’s more to love (1988)

theresmore.jpg

1254.jpg

The Communards

Après son départ des “Bronski Beat” en 1985, “Jimmy Somerville”, la voix la plus hallucinante de toute l’Écosse, monte son propre groupe “The Communards”. “The Communards” est un duo formé de “Jimmy Somerville” donc et de “Richard Coles”, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage au groupe de Républicains français du XIXe siècle. Le duo fait ses débuts avec “You are my world” en (1985), qui va connaître un succès phénoménal. D’une manière générale, tous les singles et les albums que sortiront “les Communards” seront des succès. Le premier album, éponyme, sort en 86, avec notamment la reprise de l’éternel “Don’t leave me this way” en (1986) initialement chanté par “Thelma Houston” . En effet, “Red” sort en 87 cartonnant tous les charts européens avec ce coup-ci un tube de “Gloria Gaynor, en (1987) “Never say goodbye”.

Ensuite s’enchaine “So cold the night” (1986), “Disenchanted (1986), Never can say goodbye” en (1987), “Tomorrow” (1987), et le dernier titre de ce groupe, “There’s more to love en (1988).

Voici le clip des « The Communards » – « There’s more to love » 1988
http://www.dailymotion.com/video/x1mwrm



The Communards- Tomorrow (1987)

tomor.jpg

comm.jpg

The Communards

Après son départ des “Bronski Beat” en 1985, “Jimmy Somerville”, la voix la plus hallucinante de toute l’Écosse, monte son propre groupe “The Communards”. “The Communards” est un duo formé de “Jimmy Somerville” donc et de “Richard Coles”, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage au groupe de Républicains français du XIXe siècle. Le duo fait ses débuts avec “You are my world” en (1985), qui va connaître un succès phénoménal. D’une manière générale, tous les singles et les albums que sortiront “les Communards” seront des succès. Le premier album, éponyme, sort en 86, avec notamment la reprise de l’éternel “Don’t leave me this way” en (1986) initialement chanté par “Thelma Houston” . En effet, “Red” sort en 87 cartonnant tous les charts européens avec ce coup-ci un tube de “Gloria Gaynor, en (1987) “Never say goodbye”.

Ensuite s’enchaine “So cold the night” (1986), “Disenchanted (1986), Never can say goodbye” en (1987), “Tomorrow” (1987), et le dernier titre de ce groupe, “There’s more to loveen (1988).

Voici le clip des « The Communards »- « Tomorrow » 1987

Image de prévisualisation YouTube



The Communards – Never Can Say Goodbye (1987)

nevercsgb.jpg

communards11.jpg

Après son départ des “Bronski Beat” en 1985, “Jimmy Somerville”, la voix la plus hallucinante de toute l’Écosse, monte son propre groupe “The Communards”. “The Communards” est un duo formé de “Jimmy Somerville” donc et de “Richard Coles”, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage au groupe de Républicains français du XIXe siècle. Le duo fait ses débuts avec “You are my world” en (1985), qui va connaître un succès phénoménal. D’une manière générale, tous les singles et les albums que sortiront “les Communards” seront des succès. Le premier album, éponyme, sort en 86, avec notamment la reprise de l’éternel “Don’t leave me this way” en (1986) initialement chanté par “Thelma Houston” . En effet, “Red” sort en 87 cartonnant tous les charts européens avec ce coup-ci un tube de “Gloria Gaynor, en (1987) “Never say goodbye”.

Ensuite s’enchaine “So cold the night” (1986), “Disenchanted (1986), Never can say goodbye” en (1987), “Tomorrow” (1987), et le dernier titre de ce groupe, “There’s more to loveen (1988).

Voici le clip des « The Communards » – « Never Can Say Goodbye » 1987

http://www.dailymotion.com/video/x13ijv



Articles récents

« The Communards – Disenchanted » (1986) + Bonus Maxi 45 Trs

disenchanted.jpg

 

communards8redimensionner.jpg

Après son départ des “Bronski Beat” en 1985, “Jimmy Somerville”, la voix la plus hallucinante de toute l’Écosse, monte son propre groupe “The Communards”. “The Communards” est un duo formé de “Jimmy Somerville” donc et de “Richard Coles”, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage au groupe de Républicains français du XIXe siècle. Le duo fait ses débuts avec “You are my world” en (1985), qui va connaître un succès phénoménal. D’une manière générale, tous les singles et les albums que sortiront “les Communards” seront des succès. Le premier album, éponyme, sort en 86, avec notamment la reprise de l’éternel “Don’t leave me this way” en (1986) initialement chanté par “Thelma Houston” .

Ensuite s’enchaine “So cold the night” (1986), “Disenchanted (1986), Never can say goodbye”(1987), “Tomorrow” (1987), et le dernier titre de ce groupe, “There’s more to loveen (1988).

Deux versions clips, la 1ere version Vidéo, la 2ème version photo Maxi 45 tours.

Voici 1er le clip des « The Communards – Disenchanted » 1986

Image de prévisualisation YouTube

Voici 2ème le clip photo des « The Communards – Disenchanted » 1986 Maxi 45 TRS

Image de prévisualisation YouTube


The Communards – So cold the night (1986)

csctn.jpg

c1979c86348ee275.jpg

Après son départ des “Bronski Beat” en 1985, “Jimmy Somerville”, la voix la plus hallucinante de toute l’Écosse, monte son propre groupe “The Communards”. “The Communards” est un duo formé de “Jimmy Somerville” donc et de “Richard Coles”, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage au groupe de Républicains français du XIXe siècle. Le duo fait ses débuts avec “You are my world” en (1985), qui va connaître un succès phénoménal. D’une manière générale, tous les singles et les albums que sortiront “les Communards” seront des succès. Le premier album, éponyme, sort en 86, avec notamment la reprise de l’éternel “Don’t leave me this way” en (1986) initialement chanté par “Thelma Houston” .

Ensuite s’enchaine « So cold the night » (1986), « Disenchanted«  (1986), « Never can say goodbye »(1987), « Tomorrow » (1987), et le dernier titre de ce groupe, « There’s more to love » en (1988).

En milieu 88, “Somerville” et “Coles” se séparent et “Jimmy” poursuit une carrière solo.

Voici le clip des « The Communards » – « So cold the night » 1986

http://www.dailymotion.com/video/x17cha

Articles plus anciens

The Communards – Don’t Leave me This Way (1986)

The Communards – You are my world (1985)

The Commodores – Nightshift (1985) + Bonus Live

Phil Collins – Another Day In Paradise (1989) + Bonus Live (2004). et paroles en version Française

Phil Collins & Philip Bailey – Easy lover (1984) + Bonus Live

JukeBlog |
les sweety-cute , jess &laura |
ժﻨรε... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TOTAL PRAISE WORSHIP CHOIR ...
| zidane
| jordan57570