Archive pour septembre, 2007

Christophe – Succes Fou (1983)

succsfou.jpg

« Christophe », de son vrai nom « Daniel Bevilacqua » né le13 octobre 1945 à Juvisy-sur-Orge (Essonne). il grandit en banlieue Parisienne. C’est à l’age de huit ans que naît sa passion pour la musique, quand il découvre ceux qui seront bientôt ses idoles : Edith Piaf et Gilbert Bécaud. Bientôt il devient fou de blues, essentiellement de John Lee Hooker puis à la fin des années 50 de rock, il écoute en boucle les disques de Bill Haley, Elvis Presley et Little Richard.

Le jeune “Daniel”, grand admirateur de l’« American way of life » monte en 1961 son premier groupe de rock au nom ronflant “Danny Baby et les Hooligans”, avec qui il reprend les standards de Gene Vincent et d’Elvis entre autres. Il enregistre ensuite seul son premier 45 tours sur le label du Golf Drouot, « Reviens Sophie » qui passe complètement inaperçu.

Il revient deux ans plus tard avec un morceau au propos très ressemblant, « Aline » où il clame un refrain qui reste encore aujourd’hui ancré dans les mémoires « et j’ai crié, crié, Aline, pour qu’elle revienne ». Cette balade sirupeuse est un vrai jackpot, elle atteint le statut de tube de l’été en cette année 1965 et plus d’un million de disques sont vendus. Le public est nombreux à entendre l’appel désespéré de “Christophe”, mais l’histoire ne dit pas ce qu’est devenue la belle Aline.
Dans la foulée de ce succès sortent coup sur coup les albums « Les marionnettes » (1965), « J’ai entendu la mer » (1966) et « Excusez-moi Monsieur le professeur » (1967). Il signe cette année également la bande originale du film de George Lautner « La route de Salina ».
Bien que rocker dans l’âme, “Christophe” traîne depuis « Aline » une image de chanteur à minettes, spécialiste ès ballades romantiques. Las d’être enfermé dans ce carcan, il décide de s’arrêter pour un moment, d’autant que le style « Yé-yé » ne fait plus recette.

En 1973, son producteur “Francis Dreyfus” à la bonne idée de lui présenter un certain Jean-Michel Jarre à l’époque jeune auteur inconnu. Fini le look de jeune homme bien propre sur lui, “Christophe” revient en dandy décadent sur fond de rock à la Pink Floyd armé de textes de Jean-Michel Jarre avec l’album « Les paradis perdus ». Il continue sur sa lancée avec« Les mots bleus » (1974) et le succès du même nom, qui marque le sommet de sa carrière.

Son album le plus audacieux, « Le beau bizarre » paru en 1978 sera approuvé par la critique mais quelque peu boudé du public. Il retrouve la réussite et rendosse son costume de lover le temps d’un single : « Succès fou » et d’un album de reprises « Clichés d’amour » en 1983. Les titres « Ne raccroche pas» et « Chiqué chiqué » ne reçoivent pas le même sort, se sont des échecs commerciaux.
S’ensuit une longue pause pour le chanteur, entrecoupée par deux projets très singuliers, un album simplement intitulé « Bevilacqua » lorgnant vers les musiques électroniques en 1996 et « Comm’ si la terre penchait », come back plus que réussi en 2001 qui lui vaut un retour sur scène, où il n’était plus apparu depuis 27 ans.

Un clip photo avec des images de charme des plus belles femmes connues du grand publique.

 

 

Voici le clip photo de « Christophe » - » Succès Fou » 1983

.

Image de prévisualisation YouTube

Christophe – Les Mots Bleus (1974)

christmotsbeus.jpg

« Christophe », de son vrai nom « Daniel Bevilacqua » né le13 octobre 1945 à Juvisy-sur-Orge (Essonne). il grandit en banlieue Parisienne. C’est à l’age de huit ans que naît sa passion pour la musique, quand il découvre ceux qui seront bientôt ses idoles : Edith Piaf et Gilbert Bécaud. Bientôt il devient fou de blues, essentiellement de John Lee Hooker puis à la fin des années 50 de rock, il écoute en boucle les disques de Bill Haley, Elvis Presley et Little Richard.

Le jeune « Daniel », grand admirateur de l’« American way of life » monte en 1961 son premier groupe de rock au nom ronflant « Danny Baby et les Hooligans », avec qui il reprend les standards de Gene Vincent et d’Elvis entre autres. Il enregistre ensuite seul son premier 45 tours sur le label du Golf Drouot, « Reviens Sophie » qui passe complètement inaperçu.

Il revient deux ans plus tard avec un morceau au propos très ressemblant, « Aline » où il clame un refrain qui reste encore aujourd’hui ancré dans les mémoires « et j’ai crié, crié, Aline, pour qu’elle revienne ». Cette balade sirupeuse est un vrai jackpot, elle atteint le statut de tube de l’été en cette année 1965 et plus d’un million de disques sont vendus. Le public est nombreux à entendre l’appel désespéré de « Christophe », mais l’histoire ne dit pas ce qu’est devenue la belle Aline.
Dans la foulée de ce succès sortent coup sur coup les albums « Les marionnettes » (1965), « J’ai entendu la mer » (1966) et « Excusez-moi Monsieur le professeur » (1967). Il signe cette année également la bande originale du film de George Lautner « La route de Salina ».
Bien que rocker dans l’âme, « Christophe » traîne depuis « Aline » une image de chanteur à minettes, spécialiste ès ballades romantiques. Las d’être enfermé dans ce carcan, il décide de s’arrêter pour un moment, d’autant que le style « Yé-yé » ne fait plus recette.

En 1973, son producteur « Francis Dreyfus » à la bonne idée de lui présenter un certain Jean-Michel Jarre à l’époque jeune auteur inconnu. Fini le look de jeune homme bien propre sur lui, « Christophe » revient en dandy décadent sur fond de rock à la Pink Floyd armé de textes de Jean-Michel Jarre avec l’album « Les paradis perdus ». Il continue sur sa lancée avec « Les mots bleus » (1974) et le succès du même nom, qui marque le sommet de sa carrière.

Bon je sait, c’est une chanson qui date bien avant les tubes des années 80. Mais je crois que l’on ne peux pas parler d’un autre tube de « Christophe », sans évoquer cette chanson d’une romance nostalgique.

.

Voici le clip de « Christophe » en duo avec « Pascal obispo » – « Les mots bleus » 1974 Duo 2007

http://www.dailymotion.com/video/xgbyzy

Claude barzotti – le Rital (1981)

2.jpg 1.jpg

7325recto.jpg

“Claude Barzotti”


“Claude Barzotti”, de son vrai nomFrancesco Barzotti”, est né à Châtelineau en Belgique le 23 juillet 1953. Élevé en ItalieCai Serra), il s’installe définitivement en Belgique à l’âge de 18 ans. Il vit à Court-Saint-Étienne. Ce chanteur cumule les succès dans les années 1980.

  • En 1981, “Claude Barzotti” sort son premier disque sur le marché français : “Madame” qui se vend à plus de 400 000 exemplaires. Mais c’est « Le Rital » qui fera sa gloire et c’est bien souvent de ce nom qu’on l’appelle encore aujourd’hui.Lorsqu’en 1990, il cartonne à nouveau avec le slow ‘Aime-moi’, personne ne s’imagine que la carrière de « Claude Barzotti » va s’essouffler. Il profite bien de la vague nostalgique qui secoue la France à l’orée des années 2000, mais sans jamais retrouver son rayonnement d’antan. Grâce à sa voix rauque et à ses grands succès populaires, « Claude Barzotti » reste toutefois l’un des visages marquants de la musique des années 1980.
  • Au Canada, Claude est devenu une vedette. Des titres comme « Je ne t’écrirai plus », « Prends bien soin d’elle », « C’est moi qui pars », « J’ai les bleus » contribuent à ce qu’on ne l’oublie pas.
  • En 1985 Claude compose une chanson pour le film de Michel Lang « À nous les garçons » avec Franck Dubosc
  • En 1992 « Claude Barzotti » écrit, pour la chanteuse « Morgane« , la chanson qui représentera la Belgique à l’Eurovision : « Nous, on veut des violons ».
  • Au lendemain de la sortie du DVD de « Camping« , qui a fait plus de 5 millions de spectateurs au cinéma, un homme s’avoue particulièrement comblé… c’est « Claude Barzotti ». Deux de ses chansons « Le Rital » et « Madame » figurent dans la bande sonore de cet énorme succès.

Cette chanson et pour toi petite soeur joyeux Noël

 

0828768767429.jpg

Voici le clp de « Claude Barzotti » – « le Rital » 1981

http://www.dailymotion.com/video/xwa0p


Claude Barzotti – Madame (1981)

31540.jpg

claudeb.jpg

« Claude Barzotti »
« Claude Barzotti », de son vrai nom « Francesco Barzotti », est né à Châtelineau en Belgique le 23 juillet 1953. Élevé en ItalieCai Serra), il s’installe définitivement en Belgique à l’âge de 18 ans. Il vit à Court-Saint-Étienne. Ce chanteur cumule les succès dans les années 1980.

 

  • En 1981, « Claude Barzotti » sort son premier disque sur le marché français : « Madame »
  • qui se vend à plus de 400 000 exemplaires.

Voici le clip Photo de « Claude Barzotti » – « Madame » 1981

http://www.dailymotion.com/video/x2e7ln

Chris De Burgh – High On Emotion (1984) + live

redimensionnerchrsdebhoe.jpg chrsdebhoe1.jpg

“Chris de Burgh” est un musicien irlandais (15 octobre 1948). Il réside en Irlande dans le comté de Comté de Wicklow au Sud de Dublin avec sa femme Diane et ses enfants : Rosanna Davison ex Miss Monde 2003, Michael et Hubie. .

Chanteur et guitariste, révélé vers la moitié de la décennie 70 par sa présence en première partie d’une tournée de Supertramp et par le succès du morceau Flying, “Chris de Burgh” a su s’élever progressivement au rang de pop star internationale. Ses tubes “The Lady In Red etHigh On Emotion” sont restés gravés dans les mémoires. Malgré les millions d’albums qu’il a pu vendre, “Chris de Burgh” a été boudé à partir des années 90.

Un nouveau départ:

L’année 2004, voit le renouveau de « Chris de Burgh », car désormais il dirige sa propre maison de disque sous le label « Ferryman Productions » ce qui lui permet d’être plus libre vis à vis de son travail. Et cela va se sentir. Au mois de mars sort « The road to freedom ». Le succès que remporte cet album est considérable, puisqu’il entame dans la foulée une longue tournée « Solo », piano et guitare, en complète harmonie avec son public. Il lui est toujours de plus en plus proche et n’hésite pas à descendre chanter dans les allées des salles de concert, avec sa guitare le temps d’une chanson.

Il est à constater qu’il est de plus en plus difficile dans certains pays de trouver les albums de « Chris de Burgh », autrement que par correspondance. Mais grâce au succès d’ internet, cela pose moins de problème car la plupart des sites marchands proposent ses albums.

L’année 2006 voit le retour de « Chris » avec un nouvel album « The Storyman ». Un nouvel album aux couleurs du monde et des rythmes musicaux du monde. Un florilège de nouvelles histoires dont une trilogie comme il sait si bien les raconter et chanter. « Chris de Burgh » comme beaucoup de fans l’aiment. Une mini tournée Européenne a suivi la sortie de l’album mais pour le moment « Chris de Burgh » reste assez discret en France. Il prévoit un retour en Grande Bretagne fin 2007.

En décembre 2006 « Chris de Burgh » est nommé ambassadeur des Nations Unies au sein de l’ IINSAM, une institution intergouvernementale d’aide auprès des personnes sous alimentées.

Après 16 albums en studio, plusieurs « live », plus de 2500 concerts à travers le monde et plus de 40 millions d’albums vendus, on peut certainement dire qu’il a acquis une carrière internationale et ce, même s’il demeure méconnu aux Etats-Unis?????.

Voici deux version de « High On Emotion ». La 1ère version clip studio et la 2ème version en Live accompagner d’un orchestre symphonique (A voir et écouter absolument)

Voici le 1er clip de « Chris De Burgh » – « High On Emotion » 1984 version studio

http://www.dailymotion.com/video/12QEL4WxuUDCw4uyJ

 

Voici le 2ème clip de « Chris De Burgh » – « High On Emotion » 1984 Live symphonique

http://www.dailymotion.com/video/5QhouXHxgp2o496o1

Chris de Burgh – Lady in red (1986) + Live

chrsdebldir.jpg chrsdebldir2.jpg chrsdebldir1.jpg

« Chris de Burgh » est un musicien irlandais (15 octobre 1948). Il réside en Irlande dans le comté de Comté de Wicklow au Sud de Dublin avec sa femme Diane et ses enfants : Rosanna Davison ex Miss Monde 2003, Michael et Hubie. .

Chanteur et guitariste, révélé vers la moitié de la décennie 70 par sa présence en première partie d’une tournée de Supertramp et par le succès du morceau Flying, « Chris de Burgh » a su s’élever progressivement au rang de pop star internationale. Ses tubes « The Lady In Red«  et » High On Emotion » sont restés gravés dans les mémoires. Malgré les millions d’albums qu’il a pu vendre, « Chris de Burgh » a été boudé à partir des années 90.

Deux clips de ce superbe slows sont à vôtre disposition le 1er clip classique et le 2ème clip en Live

Voici le 1er clip de « Chris de Burgh » – « Lady in red » 1986

http://www.dailymotion.com/video/2m5UZ2i2jKSVm9oHX

 

Voici le 2ème clip de « Chris de Burgh » – « Lady in red » 1986 En Live

http://www.dailymotion.com/video/6pFbQzqYfMPqd4uxy

David Christie – Saddle Up (1983)

dcsadleup2.jpg dcsadleup.jpg

« DAVID CHRISTIE » est un chanteur français de variétés et de disco « JACQUES PEPINO » le 01/01/1948 à 23h20 à Tarare dans le Rhône. Il fait ses études à Lyon. En 1965, il monte sur Paris.
Dans les 70′s, il compose quelques chansons pour « GLORIA GAYNOR, MORRIS ALBERT, DEMIS ROUSSOS, JIMMY JAMES, JOE DASSIN, SYLVIE VARTAN (« FUMEE ») et TINA CHARLES » sous le nom de plume de JAMES BOLDEN. En 1973, il s’installe à Antony dans le 92. En 1974, « DAVID » devient papa de « NATHALIE » qu’il a eu avec une certaine « FRANCOISE ». Son plus gros hit international est obtenu avec « SADDLE UP » (n°3 en Afrique du Sud, n°4 en Suisse, n°6 en France en novembre 1982, n°7 en Irlande, n°9 en GB en septembre 1982 et n°12 en Allemagne) durant sa période disco.
Le 14 mai 1997, « DAVID » met fin à ses jours à Capbreton dans les Landes où il vivait retiré depuis 1983. Le décès de sa fille « JULIA » (qu’il a eu avec NINA MORATO), 11 ans, survenu en février, lui avait donné un grand coup de blues

Clip remis à jour

Voici le clip de « David Christie » – « Saddle Up » 1983

http://www.dailymotion.com/video/x7ba7

The Christians – Words (1990)

redimensionnerwords.jpg
Les frères « Christian », « Vic », » Roger », « Garry », « Russell « et « Mark » chantaient dès leur plus jeune âge, par plaisir. Leurs influences vont de groupes acapella tels que « The Persuasions », « The Swan Silverstones » aux légendes Motown « The Temptations ». Bien qu’ils ne considéraient jamais comme des pros, ils se produisaient sous le nom de « Equal Temperament » dès que l’occasion se présentait. Ils furent également remarqués en 1974 au cours d’une émission TV « Opportunity Knocks » sous le nom de « Natural High ».
Au début des années 80, « Garry » et « Russell » montent leur propre groupe « Joe Public » et jouent régulièrement dans les pubs de Liverpool.

Au début de 1983, Pete Fulwell manager de plusieurs groupes locaux à succès tels que « Mighty Wah », « Black » et « It’s Immaterial », remarque « Equal Temperament » chantant une version acapella du standard « So in love » lors d’une émission TV locale. Impressionné par leur talent, il se promet de suivre leur carrière.
Un an plus tard, alors qu’il cherchait un garage pour réparer son pneu crevé, il prit un taxi et réalisa qu’il reconnaissait vaguement le chauffeur. Il lui demanda donc s’il avait déjà entendu parler des frères Christian. Le chauffeur de taxi lui répondit qu’il n’était autre que Mark Christian, le plus jeune des 5 frères.
Pendant ce temps, Henry Priestman, alors membre d’It’s Immaterial, travaillait avec Pete Fulwell dans son studio d’enregistrement. La carrière musicale d’Henry commence à Liverpool à l’époque « new-wave » de la fin des années 70. Il fit partie de nombreux groupes locaux, « Albert Dock » (qui se produisait en 1ere partie des « Sex Pistols » alors qu’ils étaient encore inconnus), « The Yachts » et « It’s Immaterial », qu’il quitta en 1984 tout en continuant de collaborer avec eux durant l’enregistrement de leur album « Life’s hard then you die ». C’est à cette occasion qu’il rencontra « Garry » et « Russell ».

Pete Fulwell invita les 5 frères à chanter sur l’un des futurs singles d’It’s Immaterial « Ed’s Funky Dinner ». A la fin de l’enregistrement, il discuta avec « Garry » et « Russell » et leur joua quelques-unes des chansons qu’il avait écrites. « Garry », « Russell » et « Roger » commencèrent donc à travailler avec « Henry »et dès la fin de 1985, ils décident de s’appeler « The Christians » (en référence au nom de famille des 3 frères, et aussi le 2eme prénom « d’Henry »). Très vite, ils commencent a envoyer des démos aux maisons de disques.
Ils signent chez Island Records en 1986, et travaillent sur leur premier album avec leur producteur, Laurie Latham.
Leur premier single « Forgotten Town » sort en janvier 1987, et entre directement dans le Top 30 en Grande-Bretagne. Les singles suivants « When the fingers point » et « Hooverville » sont encore des hits mais le succès soudain commence à poser des problèmes au sein du groupe. Quelques mois plus tard, « Roger » quitte le groupe pour entamer une carrière solo.
Il sortira 2 albums, « Checkmate » en 1988 et « Better friends » en 1994.

Leur premier album, “The Christians”, sort en octobre 1987, et se place directement a la 2ème place dans les charts en Grande-Bretagne. Toutes les chansons sont écrites ou co-écrites par « Henry » (avec la collaboration de « Mark Herman« , qui dans les années 1990 réalisera plusieurs films à succès « Brassed off » ou encore « Little Voice »). Deux autres singles sont extraits de l’album en 1988, « Ideal World » et « Born again », ce qui permet à l’album de se vendre à plus d’1 million d’exemplaires en Grande-Bretagne (pour Island Records, c’est un record de ventes pour un premier album).
Egalement en 1988, leur reprise du tube des Isley Brothers « Harvest for the world », atteint la 8eme place dans les charts.

En 1989, ils contribuent avec des légendes locales tels que « Paul Mc Cartney », « Holly Johnson » et « Gerry Marsden » sur une reprise de « Ferry ‘Cross the Mersey » dont les bénéfices des ventes sont reversés aux victimes de l’accident du stade de foot d’Hillsbrough en mai 89.
Le 2eme album, « Colour » sort en mai 1990, encore une fois produit par Laurie Latham. Cet album va permettre au groupe de se faire connaître dans toute l’Europe. Il se classe dans le top 5 dans 6 pays européens, et le single « Words » est no.1 en France. Le groupe part alors en tournée pendant plusieurs mois.

Voici le clip de « The Christians » –  » Words  » 1990

http://www.dailymotion.com/video/1aqA26LgQ70Ve2DIi

Chicago – Hard To Say I’M Sorry (1982)

chicago1.jpg    chicago2.jpg

« Chicago » est un groupe de rock américain formé en 1967 à Chicago sous le nom de « Chicago Transit Authority », du nom de la compagnie gérant les transports en commun dans la cité des vents.

Dès le début, le groupe comprend une solide section de cuivres : « Walter Parazaider » (saxophone), « James Pankow » (trombone) et « Lee Loughnane » (trompette). « Terry Kath«  (guitare), « Robert Lamm » (claviers), « Danny Seraphine » (batterie), et « Peter Cetera » (basse) complètent le personnel.

Le Brésilien « Laudir De Oliveira«  (percussions) participe à l’album Chicago VII (1974) puis le chanteur/guitariste « Donnie Dacus«  rejoint le groupe en 1978 pour l’album « Hot Streets« , remplaçant « Terry Kath », mort d’un coup de revolver qu’il s’est infligé par accident. De « Oliveira » et « Dacus » ne restent pas longtemps au sein du groupe. Le guitariste « Chris Pinnick » rejoint le groupe pour l’album Chicago XIII (1979) puis « Bill Champlin » (guitariste, claviers et chant) devient membre du groupe à partir de 1981. Cette dernière arrivée coïncide avec un changement d’étiquette et la rencontre avec le producteur David Foster.

« Peter Cetera » quitte le groupe en 1985 et se lance dans une carrière solo. Le bassiste « Jason Scheff«  le remplace. Après l’album Chicago 18, le guitariste Dawayne Bailey remplace « Chris Pinnick ». En 1990, le batteur « Tris Imboden » remplace « Danny Seraphine ». En 1995, le guitariste « Dawayne Bailey » est remplacé par « Keith Howland« . Après tous ces mouvements, quatre des sept membres d’origine — « Lamm », « Loughnane », « Pankow » et « Parazaider » — restent au sein du groupe en 2006, accompagnés de « Champlin », « Howland », « Imboden » et « Scheff ».

Parmi les nombreux succès du groupe, citons les trois titres qui furent N°1 aux États-Unis : « If You Leave Me Now » (1976), « Hard To Say I’m Sorry » (1982) et « Look Away » (1988), mais n’oublions pas les standards comme « 25 or 6 to 4″ (N°4 en 1970), « Saturday In The Park » (N°3 en 1972) et « Hard Habit to Break » (N°3 en 1984). Le 30e album du groupe, « Chicago » XXX, est sorti en 2006.

Voici le clip de  « Chicago » – « Hard To Say I’M Sorry » 1982

http://www.dailymotion.com/video/3iPBg4KO1j8mAiYy

Chic – Good Times (1979) Live (1990-1996)

chic3.jpgchic2.jpgchic1.jpg

“Chic” est un groupe de funk américain qui a été fondé en 1976 par le guitariste “Nile Rodgers”, le batteur “Tony Thompson” et le bassiste “Bernard Edwards”.
Leurs plus grand succès ont été les chansons funk Dance Dance Dance (Yowsah, Yowsah, Yowsah) (1977),(Everybody Dance) (1977), (Le Freak)(1978), (I Want Your Love) (1978), « Good Times«  (1979), et (My Forbidden Lover) (1979).

En 1980 le groupe produit un album pour la chanteuse françaiseSheila“, son titre phare “Spacer” devient un succès international.

Ensuite dans les années 1980, le groupe ne survit pas à la fin de la mode disco. Cependant dans de nombreuses conventions de disques, les albums de “Chic” de la période funky se vendent très bien. L’album “Take it off” est le plus recherché chez les DJ funk. Au début des années 1990, “Rodgers” et “Edwards” reformèrent le groupe et enregistrèrent de nouveaux albums. Après la mort “d’Edwards” en 1996, le groupe coutinua à se produire sur scène avec de nouveaux musiciens.

Voici le clip du groupe « Chic » – « Good Times » (1979) Live (1990-1996) 

http://www.dailymotion.com/video/5FKQ5ADh1JrPmhxuL

12

JukeBlog |
les sweety-cute , jess &laura |
ժﻨรε... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TOTAL PRAISE WORSHIP CHOIR ...
| zidane
| jordan57570