Archive pour 5 juillet, 2007

Alain Bashung – Vertige De L’Amour (1981)

10.jpg

« Alain Bashung » confirme son talent auprès de la critique musicale et du public en 1981, avec son album très rock Pizza qui lui permet, avec le titre Vertige de l’amour, d’entamer une tournée dans de grandes salles, notamment à l’Olympia à Paris.

En 1982, Bashung collabore avec Serge Gainsbourg sur l’album complexe Play blessures, qui ne rencontre pas un grand succès commercial.

Voici le clip de  » Alain Bashung «  -  » Vertige De L’Amour «   1981

http://www.dailymotion.com/video/61zhneI6CU4ooaddb

Alain Bashung – Gaby Oh ! Gaby (1981)

105395877.jpg

Alain Bashung est envoyé à l’âge de un an dans les environs de Strasbourg, à Wingersheim, chez ses grands-parents. Il passe ainsi son enfance à la campagne dans un milieu plutôt conservateur. À cinq ans, il découvre la musique, notamment celle de Kurt Weill, grâce à la pratique de l’harmonica. Il est en outre enfant de chœur à Wingersheim, où il pratique aussi le basket-ball et le cyclisme. À l’école, Alain est un enfant sérieux.

Il retrouve Paris en 1959, où il découvre les grandes figures de la chanson française puis, à la radio, le rock américain de Gene Vincent, Buddy Holly ou Elvis Presley. Parallèlement à ses études de comptable qu’il abandonne rapidement, il monte un groupe éphémère avec des copains, les Dunces, au registre oscillant entre folk et rockabilly

Un début difficile :

Bashung forme avec des musiciens rencontrés à Royan un nouveau groupe qui écume les restaurants, les hôtels de province et surtout les bases américaines. Il commence difficilement sa carrière avec ses premiers 45 tours à 19 ans, comme Pourquoi rêvez-vous des États-Unis ? en 1966. Il sort ainsi une douzaine de singles, dont un sous le pseudonyme de David Bergen, et deux autres, en 1971/1972 sous le pseudonyme d’Hendrick Darmen compositeur et interprète du groupe Monkey Bizness. Il compose aussi quelques titres pour des vedettes de l’époque comme Noël Deschamps, mais ne parvient pas à rencontrer le succès.

En 1973, il interprète Robespierre dans la comédie musicale La Révolution française de Claude-Michel Schönberg. Il rencontre Dick Rivers des Chats Sauvages, pour qui il compose et produit.

Le succès :

Il rencontre le musicien Andy Scott et l’auteur Boris Bergman, avec qui il signe en 1977 son premier album innovant, Romans photos, qui est un échec commercial dans le contexte de la déferlante punk.

Il poursuit en 1979 avec Roulette russe, un album très sombre et plus rock qui contient le titre « Gaby, oh Gaby », avec lequel Bashung connaît enfin le succès, en 1980.

Voici le clip de  » Alain Bashung «  -  » Gaby Oh ! Gaby  » 1980

http://www.dailymotion.com/video/14GFZgHLEKawz3ERu 

PHIL BARNEY – Un Seul Enfant De Toi (1987)

577.jpg

« Phil Barney ». Une très belle chanson mélancolique « Un Seul Enfant De Toi », sortie en 1987. Mais quoi dire d’autre?, sauf que c’est son seul tube connus à ce jour.

Voici le clip de  » PHIL BARNEY  » –  » Un Seul Enfant De Toi  » 1987

http://www.dailymotion.com/video/kWaTZuQiYtWK157ZY

Didier Barbelivien – ELLE (1981_1982)

21145e6wc7laa130.jpg

Auteur-compositeur à succès, « Didier Barbelivien » (que les Inconnus ont eu la bonne idée de surnommer Barbe-la-vie) est un de ces « spécialistes en tout » qu’on est sûr de trouver sur son chemin, pour peu qu’on regarde certaines émissions françaises de variétés. Il faut dire que notre homme est ami avec les trois-quarts du show biz, sans oublier certains ministres particulièrement médiatisés. Pour comprendre comment on a pu en arriver là, il est utile de revenir (brièvement, c’est promis…) sur sa carrière.Que dire ? Après une enfance dans une famille de commerçants et un refus essuyé à l’entrée du Conservatoire, « Barbelivien » est remarqué à l’âge de 15 ans par Jean-Michel Caradec et Jacques Bedos, du label Polydor. Après quelques essais infructueux, il parvient dans les années 70 à devenir un indispensable débiteur de tubes, tous plus nuls les uns que les autres, mais populaires chez les ménagères vieillissantes, cœur de cible des radios. Gérard Lenorman, François Valéry, Hervé Vilard, Michèle Torr sont alors quelques-uns de ses multiples interprètes. Il leur écrit « Le prince d’amour », « J’en appelle à la tendresse », « Midnight Blue en Irlande » et des choses dans ce genre…. Suivent des morceaux pour « Johnny » (« Elle m’oublie »), Eric Charden (« L’été s’ra chaud »), Philippe Lavil (« Il tape sur des bambous »), Gilbert Montagné (« On va s’aimer ») et des centaines de 45 tours oubliés, qui explorent à peu près toutes les positions possibles du Top 50 durant les années 80.Dès la fin des années 70, « Barbelivien » choisit aussi d’interpréter lui-même ses morceaux. Pendant plus de dix ans, son seul succès est le 45 tours « Elle », en 1982.

Didier Barbelivien sera en concert dans toute la France et surtout à L’Olympiqe plus d’info sur www.didierbarbelivien.com

«  Merci à ludovic pour cette info« 

clip photos un peux ôsé (déconseillé au mineur de moin de 16 ans)

Voici le seul clip phtos de  » Didier Barbelivien  » –  » ELLE  » 1981-1982

Image de prévisualisation YouTube

JukeBlog |
les sweety-cute , jess &laura |
ժﻨรε... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TOTAL PRAISE WORSHIP CHOIR ...
| zidane
| jordan57570