Archive pour 24 juin, 2007

Daniel Balavoine – je ne suis pas un héros (1980)

t4epmzmpesekogu0snnjfssf0ua9tfvseisiw.jpg

Suite de l’article

« Un autre monde » est le nom de son cinquième album qui sort en 80. Il conquiert les hit-parades avec sa chanson-cri « Mon fils ma bataille » et déclare avec la rage qu’on lui connaît « Je ne suis pas un héros » autre tube issu de cet album. Johnny Hallyday reprendra un peu plus tard ce titre qui semble coller à son personnage.

Daniel Balavoine se produit à nouveau sur la scène de l’Olympia à Paris en mars 81, et enchaîne sur une tournée en province. Un live est enregistré et sort en septembre.

La Radio Bleudream-80 fait un hommage musical en ce 14 Janvier 2011. Plusieurs chansons de Daniel Balavoine, passerons dans la journée.

Pour écouter cette radio, plusieurs liens vous sont proposer ci dessous:

imageswindowsmedia.jpegimagesvinamp.jpegimagesitunes.jpegimagesvlc.jpeg

deuxieme lien Radio

logoradio1.jpg


( La suite dans une de ces autres chansons )

Voici le clip de  » Daniel balavoine «  -  » je ne suis pas un héros «  (1980)

Image de prévisualisation YouTube

Daniel Balavoine – Le chanteur (1978)

redimensionner2004.jpg

« Daniel Balavoine » est né le 5 février 1952 à « Alençon en Normandie ». Le jeune homme passe son enfance entre « Bordeaux, Biarritz et Dax ». Alors qu’il a juste seize ans, la révolte estudiantine de mai 68 se déclenche. Il y participe activement, depuis la ville de « Pau » où sa famille est installée. Il écrit même avec ses camarades un petit livre blanc sur la réforme de l’enseignement. Dans cet enthousiasme général, il envisage de devenir député. Mais son ambition est vite remise en question tant sa désillusion est grande quand le mouvement s’arrête.

Entre temps, « DANIEL BALAVOINE », s’enferme en studio et concocte ce qui sera le premier tube de sa carrière : « le Chanteur ». « Je m’présente, je m’appelle Henri » sont les premiers mots de cette chanson que la France entière chantonne à cette époque. Sur l’album du même nom, on trouve aussi « Lucie » qui ne fait que confirmer son succès grandissant.

Une nouvelle fois en studio, il réalise l’album « Face amour, face amère ». Les musiciens, rencontrés lors des enregistrements avec Patrick Juvet, sont étroitement associés au projet. « Daniel Balavoine » n’hésite d’ailleurs pas à les mettre en avant quand il le faut.

Fort de ses quatre premiers albums, il monte sur la scène de l’Olympia pendant trois jours à compter du 31 janvier 80. Il y fait preuve d’une énergie et d’un punch exceptionnel, façon pour lui de remercier le public qui depuis quelques années maintenant achète ses disques.

Un événement va faire de lui une figure particulière de la chanson : le 20 mars de cette année-là, il participe au journal de la deuxième chaîne de télé française aux côtés de « François Mitterrand », candidat socialiste d’alors et futur Président de la République. Les propos aseptisés du débat provoquent chez le chanteur un coup de colère qui proclame : « la jeunesse se désespère, elle ne croit plus en la politique française ». Devenu tout à coup porte-parole de cette même jeunesse, Balavoine exprime ici un certain ras-le-bol face à l’indifférence dont font preuve les dirigeants politiques devant la nouvelle génération. Et assez bizarrement son cri anti-politique en fait un chanteur engagé, un véritable tribun.

La Radio Bleudream-80 fait un hommage musical en ce 14 Janvier 2011. Plusieurs chansons de Daniel Balavoine, passerons dans la journée.

Pour écouter cette radio, plusieurs liens vous sont proposer ci dessous:

imageswindowsmedia.jpegimagesvinamp.jpegimagesitunes.jpegimagesvlc.jpeg

deuxieme lien Radio

logoradio1.jpg

( La suite dans une de ces autres chansons )

Voici le clip de  » Daniel Balavoine  » –  » Le chanteur  » (1978)

Image de prévisualisation YouTube

Daniel Balavoine – Mon fils ma bataille (1980)

2007.jpg

« Daniel Balavoine » est né à 07h05 le 5 février 1952 à « Alençon«  en « Basse Normandie« . Le jeune homme passe son enfance entre « Bordeaux, Biarritz et Dax« . Alors qu’il a juste seize ans, la révolte estudiantine de mai (1968) se déclenche. Il y participe activement, depuis la ville de Pau où sa famille est installée. Il écrit même avec ses camarades un petit livre blanc sur la réforme de l’enseignement. Dans cet enthousiasme général, il envisage de devenir député. Mais son ambition est vite remise en question tant sa désillusion est grande quand le mouvement s’arrête.

L’année suivante, il se produit Martin Circus aux Charlots en passant par le chanteur Antoincomme chanteur avec différents groupes comme Memphis, Shade’s, ou Réveil avec lequel il monte à « Paris » en 1970. Le résultat n’est pas concluant et la formation se dissout. « Daniel Balavoine » trouve alors une place dans le groupe Présence. Le succès n’est pas au rendez-vous mais cela lui permet de faire de nombreux galas en Province et de se roder.

Présence enregistre deux titres chez Vogue mais le disque passe complètement inaperçu. Finalement, le groupe se disloque. En 1972, « Balavoine » tente une carrière solo et enregistre un 45 tours qui n’a aucun succès. L’année suivante, reconverti en choriste, il se présente avec son frère Guy à l’audition d’une comédie musicale. Il est alors engagé pour chanter dans « la Révolution Française » au Palais des Sports à « Paris ». Malgré une distribution inattendue, dese, le spectacle – dont les chansons sont composées par Claude-Michel Schönberg – n’a pas le succès attendu.

Continuant son parcours, il devient le choriste de Patrick Juvet en 74. Il assure pour lui les notes les plus hautes, car sa voix peut atteindre des sommets. Le chanteur très en vogue à ce moment-là, prépare l’album « Chrysalide » et donne une chance à l’apprenti chanteur, « Daniel Balavoine » en lui permettant d’insérer une chanson « Couleur d’automne » dans son disque.

Quand Léo Missir, directeur artistique de la maison de disques Barclay entend Balavoine chanter sur ce disque, il décide de l’engager et de lui faire signer un contrat. Il lui propose donc, de réaliser un album-concept, comme les anglo-saxons savent le faire. En 75, sort « De vous à elle en passant par moi » dont le thème principal est la femme, sujet universel s’il en est. Le succès est mitigé mais Léo Missir est toujours aussi enthousiaste et continue de soutenir son protégé.

Après un voyage en Europe de l’Est, « Daniel Balavoine » sort en 1977, un second opus intitulé « les Aventures de Simon et Gunther…Stein ». Impressionné par le mur de Berlin, et les conséquences de son existence, le chanteur en fait le sujet principal du disque, contenant ainsi le titre très prometteur « Lady Marlène ». Mais là encore, tout ceci reste confidentiel.

En fait, sa carrière démarre réellement quand Michel Berger lui propose le rôle du jeune loubard Johnny Rockfort pour l’enregistrement studio de « Starmania », l’opéra-rock qu’il a composé et dont Luc Plamondon a fait le livret. Le personnage lui convient bien car il n’est pas loin de la révolte omniprésente, affichée par le héros. « Starmania » est monté l’année suivante au Palais des Congrès à Paris. Balavoine se retrouve aux côtés d’une brochette d’artistes francophones de sa génération comme France Gall, Diane Dufresne ou Fabienne Thibeault. Le succès est phénoménal. Balavoine marque profondément cette production.

La Radio Bleudream-80 fait un hommage musical en ce 14 Janvier 2011. Plusieurs chansons de Daniel Balavoine, passerons dans la journée.

Pour écouter cette radio, plusieurs liens vous sont proposer ci dessous:

imageswindowsmedia.jpegimagesvinamp.jpegimagesitunes.jpegimagesvlc.jpeg

deuxieme lien Radio

logoradio1.jpg

( La suite dans une de ces autres chansons )

Voici le clip diaporama de  » Daniel Balavoine  » –  » Mon fils ma bataille  » 1980

http://www.dailymotion.com/video/3LQSOebQsUcvM36yz

JukeBlog |
les sweety-cute , jess &laura |
ժﻨรε... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TOTAL PRAISE WORSHIP CHOIR ...
| zidane
| jordan57570